4 romans dévorés, 4 histoires à partager

comments 10
Lectures
books

Je me suis dit que j’allais essayer de faire des articles sur mes lectures plus souvent par ici. C’est vrai, je n’ai pas un blog spécifiquement littéraire. Il ne se range dans aucune catégorie définie et c’est ce que j’aime. Je peux y raconter mes voyages ou mes humeurs, enchaîner sur un article beauté ou cuisine. Mais je dois avouer qu’au départ, je me limitais un brin sur les articles littéraires. Je crois que j’avais un peu peur de vous ennuyer, je craignais que ça n’intéresse personne.

C’était bête de penser comme ça! Donc sans plus attendre, je vous raconte mes dernières lectures!

L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, Rosa Montero (Metailié)

A la fois récit, roman, biographie et autobiographie, ce livre entremêle les réflexions personnelles de l’auteure aux pensées que Marie Curie coucha dans son journal intime après la mort de Pierre Curie.

Sous la plume de Rosa Montero, la vie de cette brillante scientifique se dévoile sous un autre jour, se réinvente presque. C’est un hommage vibrant à cette femme exceptionnelle mais c’est aussi un texte qui parle du féminisme, de l’amour et du deuil de manière intelligente et touchante, toujours avec beaucoup de franchise et de joie.

Catherine Certitude, Patrick Modiano/Sempé (Folio Junior)

Il y a quelques mois, Patrick Modiano a reçu le prix Nobel de littérature. Je n’avais jamais rien lu de lui et je dois avouer qu’aucun de ses livres ne m’attirait réellement. Mais quand j’ai vu ce petit roman jeunesse illustré par les délicieux dessins de Sempé, mon coeur a flanché.

Catherine s’y remémore son enfance à Paris avec son papa qui, comme elle, porte des lunettes. Quand elles les enlève, un monde de douceur, flou et sans aspérité s’offre à elle… Je me suis délectée de cette jolie histoire et de sa tendre nostalgie!

Aucun homme ni dieu, William Giraldi (Autrement)

Aux confins de l’Alaska… Une terre glacée et glaçante. Russel Core est appelé dans le petit village de Keelut où les loups auraient enlevés plusieurs enfants. Commence alors une quête captivante et sauvage, la lumière et la noirceur s’y frôlent en permanence tandis que Giraldi tisse une intrigue puissante.

Je cite Christine Ferniot (Télérama) qui le dit si bien: « Primitif, bestial, lyrique, Aucun homme ni dieu est une inoubliable épopée blanche« .

Je suis un dragon, Martin Page (Robert Laffont)

La jeune Margot découvre un jour, à sa grande stupéfaction, qu’elle est douée de capacités extraordinaires. Invincible et forte comme mille hommes, elle est aussi capable, comble du chic, de voler. Mais quand le gouvernement prend connaissance de ses exploits, on lui ordonne fissa de mettre ses dons au service de l’humanité.

Quel plaisir, de temps à autres, de lire un roman comme ça! Un livre qu’on imaginerait tellement bien transposé à l’écran tant on se sent dans un film en permanence. Martin Page revisite l’univers des super-héros à sa sauce, c’est touchant et vraiment chouette!

Vous avez fait de belles lectures dernièrement? Et sinon, ça va bien?

Gros bécots ∗

10 Comments

  1. C’est marrant, cette semaine j’ai entendu une journaliste parlée de « L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, Rosa Montero » et cela m’a donné envie de le lire.
    Et je le retrouve chez toi et tu confirmes mon envie😉

    • C’est un livre à la fois très personnel et universel dans les thématiques qu’il aborde, notamment le deuil ou le sexisme envers les femmes, mais le ton de Rosa Montera reste toujours très positif, ce qui m’a beaucoup plu! 🙂

      PS: je vois que tu as lu Syngué sabour. Ce roman m’avait vraiment remuée à l’époque.

  2. C’est intéressant, je ne savais pas que Modiano avait écrit un livre pour enfant… Mais je te rassure, même ses livres pour « grands » sont géniaux. ça se lit très facilement et j’ai été conquise, alors que ce n’était pas gagné d’avance ! (j’ai écrit un article à ce sujet sur mon blog, rubrique Belles Lettres).
    Merci pour ton article !

  3. teparlerdemavie says

    ça n’est pas la première fois que j’entends du bien du roman de Martin Page, ça me donne envie de le lire.
    Merci pour ce billet.
    Bise

    • C’est un très chouette roman qui sort un peu de l’ordinaire et qui nous embarque dans un univers assez cocasse, tout en restant touchant. Ce n’est pas un chef-d’oeuvre de littérature (et ce n’est pas comme ça qu’il faut l’aborder, à mon sens) mais c’est un excellent moment de lecture, divertissant comme tout!🙂
      Bécot!

  4. J’ai lu les romans de Montero et Giraldi. J’ai dans ma PAL le Martin Page. Je ne connaissais pas ce petit roman jeunesse de Modiano qui me semble pourtant très sympa.

Tes causettes m'intéressent aussi!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s