Aliens et aliénées, histoires de femmes

comments 7
Lectures
toutes les femmes...

Aujourd’hui, deux lectures étonnantes et passionnantes! En 1887, Nellie Bly se fit passer pour folle et infiltra un asile pour femmes de New York. Dans « 10 jours dans un asile« , elle témoigne des conditions de vie aliénantes au sein de l’établissement. Olivia Rosenthal, elle, décortique 4 films qui l’ont marquée, notamment la fameuse saga Alien, dans un petit recueil de réflexions tout à fait percutant, « Toutes les femmes sont des aliens« .

10 jours dans un asile, Nellie Bly (éditions du sous-sol)

Née en 1864, Nellie Bly fût une pionnière du journalisme d’investigation, plus spécifiquement du reportage clandestin. A 23 ans, fraîchement arrivée à New York, elle postule au journal New York World, alors dirigé par le très fameux Joseph Pulitzer, qui lui promet un emploi si elle réussit à infiltrer un asile.

En 1887, Nellie Bly se fait donc passer pour folle et est internée au Blackwell’s Island Hospital, un asile pour femmes new-yorkais. Elle y restera 10 jours.

Nellie Bly

« 10 jours dans un asile« , d’abord publié en feuilleton dans le journal, est un reportage édifiant. Elle y raconte la bêtise stupéfiante du corps médical, l’injustice crasse des internements (pour la plupart infondés et inutiles), les conditions de vie épouvantables de ces femmes, souvent frigorifiées, affamées, malmenées. Son enquête eut un véritable retentissement et la ville de New York octroya un million de dollars supplémentaire aux hôpitaux psychiatriques de Blackwell’s Island.

L’année suivante, Nellie Bly devint la première femme à faire le tour du monde (sans être accompagnée par un homme). Ses reportages se concentrent principalement sur le monde ouvrier, l’enfance et le droit des femmes. Elle s’engagea aussi comme correspondante pendant la Première Guerre mondiale.

Bref, moi, cette femme, elle m’intéresse.

10 jours dans un asile, Un reportage de Nellie Bly, éditions du sous-sol, 128p. 

Toutes les femmes sont des Aliens, Olivia Rosenthal (éditions Verticales)

La saga « Alien« , « Les Oiseaux » d’Hitchcock, « Bambi » et « Le livre de la jungle« : 4 expériences cinématographiques qu’Olivia Rosenthal décortique, dissèque, interprète. Elle en parle comme elle le pense, livrant une sorte de réflexion ouverte et intime à la fois, analysant ces films marquants, à ses yeux.

C’est brillant, c’est un peu dingue, c’est percutant. Elle y parle de peur, de désir, de maternité, d’identité sexuelle, de mensonge, d’héritage.

Nourris par ces nouvelles interprétations, on a évidemment envie de revoir les films dont elle parle, on réfléchit, on rit aussi parfois, et puis surtout, au final, on se demande quels sont les films qui se sont imprimés dans nos mémoires, à nous? Et pour quelles raisons? Ce qu’ils nous évoquent avec le recul, et pourquoi?

Toutes les femmes sont des aliens, Olivia Rosenthal, éditions verticales, 160p.

7 Comments

  1. Je suis moi aussi très curieuse de lire « 10 jours dans un asile ». Merci de la découverte!

    • Oui, très intéressant (et glaçant) de voir comment ça se passait. Certaines femmes étaient internées juste parce qu’elles devenaient un peu trop dérangeantes pour leur mari volage ou parce qu’elles n’avaient pas assez d’argent pour se payer un logement.

Tes causettes m'intéressent aussi!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s