Le japonais, cette langue insaisissable…

Depuis le mois de janvier, je prends des cours de japonais.

{Attention mode hystérique ON} PARCE QU’ON PART VIVRE 3 MOIS AU JAPON!!! {Mode hystérique OFF}. Une belle aventure qui se profile dans un avenir tout proche puisqu’on s’envole pour Tokyo la semaine prochaine!

Japanese

Apprendre une nouvelle langue, c’est un vrai défi pour moi. Je me suis toujours considérée comme relativement nulle en langues, je n’ai pas vraiment le don. Ma connaissance se limite au français et à l’anglais. Je comprends aussi l’italien, mais je le parle très mal, donc ça compte pour du beurre.

Pourtant, c’est vraiment un truc qui me fait rêver! Etre trilingue, quadrilingue, quel pied ça doit être! J’admire toujours énormément les gens capables de passer d’une langue à l’autre avec une facilité déconcertante, je trouve ça formidable.

Tu vas me dire "Oui mais Célestine, le japonais, t’as pas choisi la facilité non plus!". Et tu auras raison. Cette langue, mais CETTE LANGUE!! Elle me fascine et m’enchante autant qu’elle me désespère.

Parce que voilà, quand on apprend l’espagnol ou l’allemand, c’est difficile certes, mais au moins, on a un alphabet similaire. On sait lire la langue, on sait la déchiffrer et en général, certains mots ont une racine commune qui les rend facilement compréhensibles.

Avec le japonais, non. Rien. Nada.

japanese stampMini cachets hiraganas et katakanas (karaku)

Tu ne comprends strictement rien. Et puis de toute façon, tu ne sais même pas lire ce que tu devrais comprendre. Au début, du moins. Oui, parce que le japonais, c’est cette langue absolument sublime et totalement obscure pour nous, Occidentaux formés à l’alphabet latin.

Quand on commence à l’étudier, pourtant, on s’aperçoit vite que c’est une langue très logique et plutôt facile dans ses structures de phrases et sa conjugaison. Pour la parler, toute l’ampleur de la tâche réside principalement dans l’apprentissage du vocabulaire.

Pour la lire et l’écrire par contre, c’est une autre paire de manches. Parce qu’en plus de leur "alphabet" de base composé de 46 hiraganas et d’autant de katakanas, les Japonais utilisent aussi les kanjis. Et le problème des kanjis, c’est qu’il y en a des milliers, qu’ils se ressemblent beaucoup et que leur définition varie en fonction du sens de la phrase dans laquelle ils sont utilisés!

Aaaah oui, sinon c’est pas drôle…

madame moAffiche Madame Mo

Bref, tout ça pour dire que le japonais est une langue mystérieuse qui s’apprivoise petit à petit, qui demande une très grande rigueur et une immense pratique pour se maîtriser totalement, dans tous ses aspects, dans toute sa complexité, dans toute sa beauté aussi.

Je n’en suis encore qu’au tout début, qu’à mes premiers balbutiements, voilà pourquoi la montagne me paraît tellement immense et le chemin si long. Mais ne dit-on pas que c’est le voyage qui compte, pas la destination? Alors je mets un pied devant l’autre, un petit pas après l’autre, et on verra bien où ça mène. (Bon, et je râle aussi souvent parce que j’ai la flemme d’étudier…)

Mais en attendant, je remarque que j’ai de plus en plus tendance à hurler "Sumimaseeeeeeen" quand je m’excuse ou "Sugoiiii!!!" quand je trouve un truc cool.

Et toi, les langues? Tu entretiens un bon rapport avec elles? Tu en parles une, deux, six??

Jaa, mata ne!! (à la prochaine, hein!)

じゃまた

Des bécots soupe miso*

Solange te parle (et c’est bien)

Salut Stucru!

L’autre jour, alors que j’étais plongée dans une discussion extrêmement profonde et existentielle avec ma grande amie Caro, en plein milieu d’un long débat sur la trentaine, sur l’amour et sur le sens de la vie, elle me lance comme ça, de but en blanc:

  • "Tu connais Solange?"
  • Moi: "Non, c’est une copine à toi?"
  • Caro: "C’est une nana qui fait des vidéos assez géniales sur Youtube. Et en janvier, elle s’est imposé le défi d’en faire une par jour"
  • Moi: "Han attends je regarde…"

5 minutes plus tard…

Silence

56 minutes plus tard…

Caro: "Hé, t’es toujours là? Hé ho?"

Non, je n’étais plus là.

Pendant une heure, j’ai disparu de la surface de la terre. Je me suis enfoncée dans mon canapé, devant mon ordi, et j’ai regardé toutes ses vidéos.

Au début, je dois l’admettre, elle m’a un peu agacée. Un petit côté théâtral, surjoué peut-être, qui m’irritait légèrement. Mais elle m’intriguait davantage, je voulais apprendre à la connaître, je voulais la suivre dans ses petites performances filmées, je voulais savoir si elle pouvait me plaire et déjà rien que le fait qu’elle m’intrigue me plaisait. Je voulais comprendre son personnage, son univers.

Et quand j’ai compris, elle n’était plus du tout agaçante. Elle était une sorte d’Ovni sur la planète Youtube, une petite pépite d’originalité, une fusion parfaite entre la Youtubeuse et l’actrice, entre l’actrice et l’être humain.

J’ai voulu vous en parler, vous la présenter. Parce qu’elle me touche beaucoup, elle m’amuse, elle m’émeut, elle me fait réfléchir.

Solange

Solange est Canadienne mais elle parle avec l’accent français. Elle filme toutes ses vidéos dans son petit appartement parisien. Elle n’aime pas le pain, le monde, les sorties en groupe. Elle est bobo ("et vous emmerde") et est extrêmement souple. Elle aime le cinéma, le yoga et la lecture.

Tu découvriras toutes ses vidéos sur sa chaîne "Solange te parle".

Mais j’en ai quand même sélectionnées plusieurs, qui me plaisent beaucoup.

Ma préférée, celle où elle s’interroge sur ce qu’elle fera en février (mais ça marche aussi pour avril, c’est chouette, regarde):

*

Celle, touchante, où elle raconte les déclics culturels qui ont changé sa vie:

*

Celle où elle se lance le défi du week-end à mille pages:

*

Celle où elle résume 37 films en 5 minutes:

*

Celle où elle se confronte aux 5 Youtubeuses les plus influentes:

*

Ah, et puis celle où elle réconforte un chien triste aussi:

*

Aaaaah, sacrée Solange. Elle me plaît bien, oui.

Des bécots coquelicots*

5 bons livres à offrir à ton Jules (si tu l’aimes)

C’est la Saint-Valentin dans deux jours et tu n’as pas de cadeau pour ton Jules? PAS DE PANIQUE. Voici quelques idées. 

5 livres pour Jules

PS: si ton mec aime pas lire, t’es dans la mouise. Je te conseille de te rabattre sur une bonne bouteille d’un truc fortement alcoolisé (que tu pourras accessoirement boire, pour oublier que ton mec ne lit pas).

PPS: t’as pas de Jules? Même pas grave, ou encore mieux, c’est selon. Puisque ces livres, tu peux te les auto-offrir! Ils sont top, tu verras. Tu pourras même te faire un masque à l’argile pendant que tu les lis, puisque personne te voit = BONHEUR. 

UNE VIE DANS LES MARGES (Yoshihiro Tatsumi) 

viedans

Ce livre est une merveille. L’auteur y raconte ses débuts en tant que dessinateur de manga dans le Japon d’après guerre. A travers l’évocation de son parcours professionnel, il dévoile toute l’histoire de ce genre graphique mais aussi, en toile de fond, celle d’un pays et d’une société en pleine mutation. C’est passionnant, même pour les néophytes (dont je fais partie).

viemargesPour ne rien gâcher, c’est un superbe objet. 450 pages, une couverture cartonnée dont la jaquette détachable cache un poster et un ruban marque-page intégré. (En version française, le livre est publié en 2 tomes)

LE TIREUR (Glendon Swarthout)

tireur

Je vous ai déjà parlé plusieurs fois de mon amour pour le genre du western en littérature (Les frères Sisters ou Incident à Twenty-Mile). Aussi curieux que ça puisse paraître, c’est un style absolument jubilatoire et bien plus profond qu’on pourrait le penser. "Le tireur" raconte, et sacrément bien, le crépuscule d’un des derniers grands tireurs du Far West.

tireur2Publié chez Gallmeister, c’est un petit roman absolument génial!

THE WES ANDERSON COLLECTION (Matt Zoller Seitz) 

wesAnderson

Bottle rocket, Rushmore, The Royal Tenenbaums, The life aquatic with Steve Zissou, The Darjeeling limited, Fantastic Mr.Fox et Moonrise Kingdom: les 7 films de Wes Anderson racontés à travers une série d’entretiens, photos inédites de tournage, storyboards et illustrations géniales.  Tous les fans de son univers apprécieront. (Attention, c’est en anglais, je précise)

PS: son nouveau film The Grand Budapest Hotel sort à la fin du mois!

wesandersonwesanderson

LA ROUTE DE LOS ANGELES/BANDINI/DEMANDE A LA POUSSIERE (John Fante)

Les trois premiers romans de John Fante racontent les aventures de son alter ego, le jeune Arturo Bandini, fils d’immigrés italiens dans l’Amérique des années 30. Cette fameuse trilogie est désormais réunie en un seul volume, chez Bourgois. L’occasion de (re)découvrir un romancier américain incontournable, qui inspira notamment Charles Bukowski.

(Du même auteur, je vous recommande aussi Mon chien Stupide, petite perle de cynisme)

bandini"Either the work of John Fante is unknown to you or it is unforgettable." (The New York Times)

DUNE (Frank Herbert)

Ah, et mon Jules personnel conseille aussi le cultissime Cycle de Dune, de Frank Herbert. Cette saga (6 volumes) de science-fiction n’est pas archi-célèbre pour rien. Apparemment, elle est incroyable! C’est un chouette classique du genre à offrir à ceux qui ne l’auraient pas lu.

dune Herbert

C’est fini. Tu peux foncer à la libraire puis te pomponner comme une princesse. 

Bécots, pomélos et petits bateaux qui vont sur l’eau

On fait le bilan, calmement. Petite rétrospective bloguesque #1

Dis donc, il commence à dater mon petit blog. L’occasion de revenir sur certains articles plutôt chouettes et de se gondoler comme une baleine devant les autres, un peu ridicules et/ou moches, ne nous voilons pas la face. 

Ah, et si ça t’intéresse de revoir mes autres ratés, il te suffit de cliquer dans l’onglet Archives (sur la barre rose de droite) et de choisir un mois. Fais-toi plaisir hein, c’est pour la maison.

En août 2011, je te parlais de mon expérience surréaliste à la GamesCom de Cologne. Grand moment geek rempli de plombiers italiens et de princesses kawaii.

games gamescommarioEn septembre 2011, j’écrivais mon petit guide sucré et mon petit guide salé de New York. Miam.

NYsucNYsaNYsalEn octobre 2011, je dévoilais mon opération camouflage pour un teint parfait. Depuis, ma routine a changé, je t’en reparlerai. (et depuis, mes photos sont un peu moins pourries…ahem)

teint teintperEn novembre 2011, je parlais de rondeurs, de rides et de cheveux blancs dans un petit éloge de l’imperfection.

MARILYN, DERNIERES SEANCESEn décembre 2011, je te racontais ma découverte du maquillage minéral. Depuis, je ne l’ai pas quitté, lui et moi c’est pour la vie.

minera mineralEn 2011, je faisais aussi des bougies dans des tasses (en utilisant des filtres photo SI JOLIS!!)

tasse tassesEt je m’essayais à la chevelure de sirène instantanée! Héééé ouais… Du lourd j’te disais…

sireneJe testais des eyeliners … 

eyelinEt attention… je tentais la manucure…MOTS! Non mais haha, je me marre toute seule en revoyant ça!

mots

Bon, on a bien rigolé. On continue bientôt avec 2012, ça va être chouette.

Bécots et tartines au choco!